Right Click is disabled
logo

Revue de livre : Elizabeth Messina – The Luminous Portrait

Dans son livre The Luminous Portrait, Elizabeth Messina nous fait partager son expérience de photographe portraitiste. Car avant d’être photographe de mariage, elle est surtout portraitiste. Son souhait est de capturer quelque chose d’unique du sujet. Comme tous les grands portraitistes, elle nous démontre que l’essentiel se situe davantage dans la relation au sujet photographié que dans la technique pure.

 

Lorsque l’on observe son style photographique, on est frappé par l’apparente simplicité de ses compositions. Le cadrage est épuré, allant à l’essentiel. Elle nous rappelle que la photographie est affaire de soustraction. Lorsque l’on compose son image, il est toujours intéressant de se demander quels éléments on pourrait retirer du cadre. Cela est valable pour les portraitistes, mais c’est également le cas en photojournalisme bien que la composition y soit souvent plus complexe. La retour à une forme de simplicité (travail bien plus complexe qu’il n’y paraît) est ce qui m’a le plus marqué à la lecture de ce livre.

 

Question technique, son approche est très similaire à celle de Jose Villa. Je vous invite donc à lire l’article consacré au livre de Jose Villa ici. Tous deux utilisent le même matériel : Contax 645 et objectif Carl Zeiss 80 mm f/2. J’ai découvert récemment qu’Elizabeth Messina avait photographié le mariage de Jose Villa. Pour ses images comme pour sa technique, Elizabeth Messina adopte une approche épurée : toujours le même appareil, le même objectif, les mêmes réglages, la même pellicule.

 

Dans son livre, Elizabeth Messina fait une ode à la lumière naturelle. Elle considère que la lumière naturelle est la meilleure car elle suscite une beauté naturelle, une émotion naturelle, quelque chose d’authentique, de la douceur.

Elle s’arrange pour que le soleil soit situé derrière ou sur le côté du sujet, en exposant pour les ombres. Elle utilise une grande ouverture afin d’avoir une faible profondeur de champ (f/2 pour un sujet isolé, f/5,6 pour les groupes). Elizabeth Messina privilégie une lumière plate et douce qu’elle pense être la plus flatteuse.

 

Une fois ce livre lu, les aspects techniques assimilés, nul doute que, comme moi, vous le parcourrez régulièrement juste pour en admirer les clichés.

 

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *